Actualisé: 22 juillet 2024
Nom: Zhelavskaya Olga Pavlovna
Date de naissance: 19 février 1962
Situation actuelle: Personne condamnée
Article du Code pénal russe: 282.2 (2)
Limites actuelles: sursis
Phrase: Peine sous la forme de 2 ans de prison, la peine est considérée comme conditionnelle avec une période probatoire de 2 ans

Biographie

En août 2021, une procédure pénale a été ouverte contre Olga Zhelavskaya, originaire de Tcheliabinsk, en raison de sa foi. En octobre, les forces de sécurité ont voulu perquisitionner son domicile, mais elles en ont été empêchées par le fait que la croyante était à l’hôpital après avoir souffert du covid et d’un accident vasculaire cérébral.

Olga est née en février 1962 dans le village de Potapovo (région de Tcheliabinsk) dans une famille nombreuse - elle a deux sœurs aînées, leur frère est décédé.

Enfant, Olga s’est impliquée dans l’athlétisme. Après avoir obtenu son diplôme universitaire dans la ville de Tchebarkul (région de Tcheliabinsk), elle a travaillé comme agente des passeports dans le département du logement et de l’entretien. Plus tard, Olga a déménagé à Tcheliabinsk, où elle a travaillé comme répartiteur de la section des ascenseurs.

En étudiant la Bible, Olga a été convaincue de l’existence de Dieu et, en 2012, elle est devenue Témoin de Jéhovah.

Les poursuites pénales ont eu un impact négatif sur la santé d’Olga et sur sa vie en général, car la croyante a été licenciée de son travail. La fille et les sœurs d’Olga ne partagent pas ses croyances religieuses. Malgré cela, la fille a été convoquée pour interrogatoire par le Comité d’enquête.

Historique de l’affaire

Olga Zhelavskaya, originaire de Tcheliabinsk, a été persécutée en raison de sa foi en mars 2019, lorsque son appartement a été perquisitionné dans le cadre de l’affaire contre Vladimir Souvorov. Deux ans plus tard, l’enquêteur Alexandre Chepenko a ouvert une procédure pénale contre le croyant sur la base du témoignage de l’agent infiltré Ruzayeva. Zhelavskaya a été accusée d’avoir participé aux activités d’une organisation extrémiste. Les actes illégaux, selon l’enquête, consistaient dans le fait que la femme invitait des invités chez elle, priait et chantait des chansons avec ses amis. Alors qu’il faisait l’objet d’une enquête, à l’automne 2021, le croyant a souffert de la COVID-19 et d’un accident vasculaire cérébral. En août 2022, son affaire a été portée devant les tribunaux. En avril 2023, le croyant a été condamné à 2 ans de prison avec sursis. Un appel interjeté en juin 2023 a confirmé le verdict.