Actualisé: 24 juin 2024
Nom: Zavrazhnov Maksim Mikhailovich
Date de naissance: 9 juillet 1981
Situation actuelle: Personne condamnée
Article du Code pénal russe: 282.2 (1)
Temps passé en prison: 1 jour dans un centre de détention provisoire
Limites actuelles: sursis
Phrase: une peine d’emprisonnement de 6 ans assortie d’une restriction de liberté d’un an ; La peine d’emprisonnement est considérée comme avec sursis avec une période probatoire de 4 ans

Biographie

Les 16 et 17 juillet, des perquisitions massives ont été menées aux domiciles des croyants dans plusieurs localités de la région de Nijni Novgorod. Au total, 35 perquisitions ont été effectuées et au moins 11 personnes sont impliquées dans cette affaire criminelle. L’un d’eux est Maxime Zavrazhnov. Que sait-on de lui ?

Maxime est né en 1981 à Nijni Novgorod (à l’époque Gorki) et est devenu le plus jeune fils de la famille d’un employé du ministère de l’Intérieur. Enfant, il aimait le sport et la musique, est diplômé d’une école de musique en piano et apprend à jouer de la guitare en autodidacte. Après l’école, il est entré à l’école de la rivière et a obtenu un diplôme en mécanique radio. Il a travaillé comme chauffeur, maçon, maintenant il travaille comme maçon-électricien.

En 2008, Maksim a épousé Nadezhda, avocate de formation. Elle partage l’amour de son mari pour la musique, comme lui, diplômé de l’école de musique en piano. Il s’intéresse au design, aide parfois Maxim dans son travail sur les chantiers.

Grâce à l’influence de sa mère, Maxim connaît la Bible depuis son enfance. Il est à noter qu’il a été le premier dans la région de Nijni Novgorod à bénéficier de l’application de la loi sur le service civil de remplacement (ACS). Au cours de cette période difficile de sa vie, le jeune homme a subi de fortes pressions de la part du personnel du bureau d’enregistrement et d’enrôlement militaire, qui a tenté de le forcer à renoncer à son droit légal de se soumettre à l’AEC en raison de croyances religieuses pacifiques. Maksim est devenu l’objet de harcèlement de la part des médias locaux. En raison des conditions insupportables sur le lieu de service, il a demandé à être transféré dans un autre lieu, mais il a été jugé et condamné à une peine avec sursis. Et maintenant, l’histoire se répète, seulement maintenant l’État a décidé d’incriminer Maxime d’extrémisme.

Les proches de Maksim sont extrêmement indignés par la persécution injuste et sans fondement de la foi de cet homme, qui est étranger à la violence sous toutes ses formes et que l’État a déjà reconnue. Ils sont profondément inquiets pour lui et lui apportent tout le soutien possible.

Historique de l’affaire

En juillet 2019, le ministère russe de l’Intérieur de la région de Nijni Novgorod a mené des perquisitions dans un total de 35 domiciles de Témoins de Jéhovah locaux. Plusieurs poursuites pénales ont été engagées, dont l’une contre Maksim Zavrazhnov, un habitant de Nijni Novgorod. Le croyant a été accusé de « diriger des réunions, de recueillir des dons pour les besoins d’une organisation religieuse et d’améliorer les compétences de l’activité missionnaire ». Pendant sept mois, Zavrazhnov a fait l’objet d’une interdiction de certaines actions et, en février 2020, il a été placé sous le coup d’un contrat d’engagement. En octobre 2021, l’affaire a été portée devant le tribunal de district. Au cours des audiences, certains témoins ont déclaré que les protocoles qu’ils avaient signés contenaient des renseignements qu’ils n’avaient pas divulgués. Le procureur a requis 5 ans de prison dans une colonie pénitentiaire pour le croyant, mais le tribunal l’a condamné à 6 ans de prison avec sursis. En décembre 2022, un appel a confirmé cette décision.