Actualisé: 14 juin 2024
Nom: Shalyapin Anatoliy Aleksandrovich
Date de naissance: 21 janvier 1994
Situation actuelle: soupçonner
Article du Code pénal russe: 282.2 (2)

Biographie

Anatoli Chaliapine est né en Extrême-Orient, dans le kraï du Primorié. Avant de prendre sa retraite, sa mère était travailleuse de la santé - médecin rurale, thérapeute, ambulancière paramédicale en soins intensifs. Mon père a travaillé comme chauffeur toute sa vie. Anatoliy a grandi avec des histoires tirées de la Bible parce que sa famille – ses parents et ses frères aînés – a pris connaissance du contenu de la Bible et l’a étudiée avec les Témoins de Jéhovah avant même sa naissance. Dès l’âge de 12 ans, il a pris la décision consciente de vivre en croyant, en respectant profondément les commandements de la Bible.

Anatoly aimait le football quand il était enfant, pendant un certain temps, il a joué pour l’équipe de sa ville. Après avoir obtenu son diplôme, il a suivi une formation secondaire en droit. Ses passe-temps, en plus du sport, sont l’informatique, l’anglais et la guitare.

Historique de l’affaire

En février 2018, des policiers, le Département d’enquête du ministère de l’Intérieur et des combattants armés du SOBR ont perquisitionné au moins 16 domiciles de Témoins de Jéhovah locaux à Belgorod. Les croyants pacifiques étaient soumis à des traitements verbaux et physiques brutals. Des dizaines de personnes, dont un groupe de personnes malentendantes, ont été emmenées de force à la police pour y être interrogées. Le dernier des interrogés n’a été relâché que le lendemain matin. Deux croyants, Anatoli Chaliapine et Sergueï Voïkov, ont été détenus pendant deux jours, puis relâchés sur leur propre engagement. Ils sont accusés d’avoir participé aux activités d’une organisation interdite, car l’enquête interprète la participation d’hommes aux services des Témoins de Jéhovah. L’affaire pénale a été traitée par une équipe d’enquête composée de 12 employés du Département des enquêtes du Ministère de l’intérieur de la Russie dans la région de Belgorod. En août 2019, l’enquête sur l’affaire a été suspendue, mais un mois plus tard, le parquet a annulé cette décision et l’affaire a été renvoyée pour une enquête complémentaire.