Actualisé: 24 juillet 2024
Nom: Miretskiy Aleksey Petrovich
Date de naissance: 14 décembre 1975
Situation actuelle: qui a purgé la peine principale
Article du Code pénal russe: 282.2 (1)
Temps passé en prison: 92 jour dans le cadre d’une détention provisoire, 592 jour en colonie
Phrase: une peine de 2 ans d’emprisonnement à purger dans une colonie pénitentiaire de régime général ; avec privation du droit de s’engager dans des activités liées à la gestion et à la participation aux travaux des organismes publics pendant une période de 5 ans, avec restriction de liberté pour une période de 1 an
Actuellement détenu à: Penal Colony #1 of UFSIN for Orenburg Region
Adresse de correspondance: Aleksey Petrovich Miretskiy, 1975 born, Penal Colony #1 of UFSIN for Orenburg Region, Krymski per., 119, Orenburg, 460026, Russian Federation

Biographie

Candidat en sciences économiques, le professeur agrégé Aleksey Miretskiy est l’un des six habitants de Saratov qui ont purgé une peine de prison pour leur foi en une colonie. Le 3 août 2021, il a quitté le lieu de détention.

Aleksey est né en 1975 à Pskov. Il a une sœur aînée. Leur père était colonel aéroporté et leur mère travaillait comme comptable. Dans le cadre du service militaire de son père, la famille a souvent changé de lieu de résidence : Pskov, Vitebsk, Minsk (Biélorussie), Kalvaria (Lituanie). Depuis 1993, Aleksey vit en permanence à Saratov.

Enfant, Aleksey avait de nombreux passe-temps : la course à pied, la lutte, la boxe, la danse, le tennis de table, la collection de timbres et de pièces de monnaie, la photographie, le théâtre. Il a également écrit de la poésie. Aleksey a obtenu son diplôme avec une médaille d’or.

Après avoir obtenu son diplôme de l’Université d’économie avec mention en 1997, Aleksey a obtenu une spécialité en banque et a enseigné la banque à l’université pendant plusieurs années. En parallèle, il a travaillé dans une banque dans le domaine du marketing et du personnel, puis dans un grand réseau de vente au détail. Au total, il a travaillé dans le secteur bancaire pendant 13 ans.

Au début des années 1990, la fiancée d’Aleksey l’a initié aux enseignements bibliques. Tous deux étaient encore étudiants. Le cœur d’Alekseï a été touché par des normes morales élevées et des principes bibliques concernant la vie de famille. « Contrairement aux jeunes de l’université, les jeunes chrétiens vivaient selon les normes morales qui m’avaient été inculquées dès l’enfance et que la plupart des gens ont rejetées avec l’effondrement de l’URSS. Contrairement aux philosophies humaines déroutantes que j’ai étudiées à l’université, la vérité biblique est très simple et belle », dit-il.

Aleksey a dû quitter son emploi sous la pression de ses supérieurs, qui craignaient des menaces de la part du FSB en raison des opinions religieuses de l’employé. Ayant été accusé dans une affaire criminelle pour sa foi, Aleksey n’a pas pu trouver d’emploi pendant plusieurs mois, malgré ses riches connaissances et son expérience. Partout où il travaillait, il recevait de la gratitude pour son travail consciencieux et acharné. Un test au détecteur de mensonges a été effectué à la banque, et la conclusion a été écrite : « pathologiquement honnête ».

L’épouse d’Aleksey, Yuliya, est également diplômée de l’Université d’économie. Ils se sont mariés en 1996. Yuliya a consacré la majeure partie de sa vie à élever sa fille et à prendre soin de sa famille. Les époux s’occupent de la parcelle personnelle et s’y détendent souvent avec des amis. Aleksey lit beaucoup, aime se promener dans la nature, monter à cheval, cueillir des champignons, skier, jouer à des jeux éducatifs avec sa famille et ses amis d’âges différents. La famille d’Aleksey a beaucoup voyagé jusqu’à ce qu’il finisse par s’engager à ne pas partir, puis en prison à cause de sa religion.

Le couple a élevé leur fille Mariya, qui a obtenu son diplôme d’études secondaires avec mention et le College of Culinary Arts. Mariya est fleuriste de profession, connaît trois langues, écrit de la poésie et des histoires, et s’adonne à la peinture. Sa photo est affichée sur le tableau d’honneur du district. Mariya vit séparée de ses parents. « Ma fille et moi avons toujours passé beaucoup de temps ensemble et nous sommes très attachés l’un à l’autre », explique Aleksey. « La recherche et l’engagement de ne pas partir m’ont empêché de voir ma fille, à qui j’avais l’intention de rendre visite. »

Les collègues d’Aleksey ont été choqués par les poursuites pénales qu’il a engagées pour extrémisme. La direction de l’entreprise était mécontente de la perte d’un employé précieux. La mère d’Alekseï, qui ne partage pas ses opinions religieuses, a envoyé la question à la ligne directe du Président de la Fédération de Russie sur ce qu’est exactement « l’extrémisme » des Témoins de Jéhovah.

Malgré l’absurdité des accusations, en septembre 2019, Aleksey a été envoyé dans une colonie pendant 2 ans.

Historique de l’affaire

En septembre 2019, le juge Dmitry Larin a immédiatement envoyé 6 habitants de Saratov en prison pour une peine de 2 à 3,5 ans simplement pour avoir lu la Bible, chanté des cantiques et prié. Depuis 2017, les forces de sécurité exercent une surveillance secrète des croyants. À l’été 2018, leurs domiciles ont été perquisitionnés et des publications interdites y ont été plantées. Pendant que l’enquête était en cours, ils ont dû se rendre dans un centre de détention provisoire, assignés à résidence et sous l’engagement de ne pas en sortir. Un an plus tard, malgré l’absence de victimes dans l’affaire, les croyants ont été reconnus coupables. À leur arrivée à la colonie d’Orenbourg, 5 des 6 condamnés ont été battus par le personnel de l’institution. Mahammadiev a été hospitalisé, et les autres ont été placés dans une cellule de punition pendant un certain temps. Les prisonniers d’opinion de Saratov ont exercé diverses professions en prison. En mai 2020, Mahammadiev et Bazhenov ont été déchus de leur nationalité russe et, après leur libération, expulsés de Russie. Les 6 croyants ont déjà purgé leur peine. En septembre 2022, la Cour de cassation a rejeté la plainte, et le verdict et l’arrêt en appel sont restés inchangés.