Actualisé: 14 juin 2024
Nom: Makhalichev Nikolay Andreyevich
Date de naissance: 1 juillet 1984
Situation actuelle: soupçonner
Article du Code pénal russe: 282.2 (1), 282.3 (1)
Temps passé en prison: 4 jour dans un centre de détention provisoire, 42 jour dans le cadre d’une détention provisoire

Biographie

Le 21 février 2020, des agents des forces de l’ordre biélorusses ont arrêté Nikolaï Makhalichev, un Russe de 36 ans. Il s’est avéré qu’il a été placé sur la liste des personnes recherchées par l’État en raison du fait qu’il professerait une religion interdite en Russie. Que sait-on de lui ?

Nikolaï est né en 1984 dans la ville de Tcherepovets (région de Vologda) dans une famille d’instituteurs. Plus tard, une fille est apparue dans la famille. Enfant, alors qu’il étudiait à l’école primaire, il a aidé son père dans la construction d’une maison d’été, avec sa sœur, il s’est engagé dans la danse de salon et les sports équestres, et a étudié dans une école d’art. Il est diplômé de l’Académie avec un diplôme en jurisprudence. Plus tard, il a acquis un certain nombre de compétences en construction et en finition.

Les passe-temps de Nikolay comprennent la randonnée, le hockey, la guitare et le chant. Mais par-dessus tout, Nikolay aime aider les autres.

Nicolas a été élevé dès l’enfance selon les normes bibliques. Même dans les cours de botanique, j’admirais à quel point la nature était créée. Plus tard, alors qu’il étudiait dans un cours de médecine spécialisée, il a été frappé par la structure du corps humain. Ceci, ainsi que les bienfaits de l’application des commandements bibliques dans sa vie quotidienne, l’ont incité à devenir chrétien à un jeune âge.

Nikolaï a vécu dans différentes villes, dont Moscou, Saint-Pétersbourg, Ourai (district autonome khanty-mansi) et Krasnoïarsk.

Dans le cadre des poursuites pénales contre Nikolaï, sa mère a commencé à souffrir de troubles du sommeil et de l’alimentation. De plus, craignant pour la mauvaise santé de la grand-mère de Nikolaï, âgée de 82 ans, la famille a décidé de ne pas l’informer de l’incident pour le moment.