Actualisé: 13 juin 2024
Nom: Lokhvitskaya Irina Yuriyevna
Date de naissance: 4 mars 1962
Situation actuelle: qui a purgé la peine principale
Article du Code pénal russe: 282.2 (2)
Phrase: peine d’emprisonnement de 2 ans 6 mois avec restriction de liberté d’une durée de 1 an, une peine d’emprisonnement est considérée comme une peine d’emprisonnement avec sursis avec une période probatoire de 2 ans

Biographie

Le 6 février 2020, l’enquêteur du FSB, D. Yankin, a ouvert 6 affaires pénales à la fois en vertu d’un article « extrémiste » contre des habitants pacifiques et respectueux de la loi du Birobidjan. Parmi eux, Irina Lokhvitskaïa. Elle a été accusée d’avoir participé aux activités d’une organisation interdite. Six mois plus tard, l’affaire a été portée devant les tribunaux. En juillet 2021, Irina a été reconnue coupable et condamnée à 2,5 ans de prison avec sursis pour sa foi en Jéhovah.

Irina est née en 1962 dans le village d’Izvestkovoe, dans la région autonome juive. Elle a un frère aîné et une sœur cadette. Quand Irina avait 6 ans, son père est mort. Maman était une personne gentille et religieuse. À la maison, Irina trouvait souvent des prières manuscrites, ce qui soulevait de nombreuses questions. Irina se demandait pourquoi elle devait prier et qui était Dieu.

Elle lisait beaucoup, cherchant des réponses à ses questions dans les livres. Elle rêvait de devenir actrice, comme elle jouait dans des pièces de théâtre à l’école, ou enquêtrice, parce qu’elle lisait les détectives. Elle avait de nombreux passe-temps : elle jouait au basket-ball et au volley-ball, fréquentait un studio de danse, de théâtre et un club de tricot. Dans la description de l’école, il est écrit : a le sens de l’humour.

Après l’école, elle est entrée à l’école pédagogique de Birobidjan. Elle a ensuite travaillé dans le village de Belgorod en tant qu’enseignante de maternelle, pendant plusieurs années en tant que directrice, et à temps partiel en tant que directrice artistique du club. Elle dirigeait un cercle de danse et organisait des fêtes rurales. C’est là qu’elle se maria et donna naissance à un fils, Arthur.

Irina s’est toujours souvenue des histoires de sa mère sur l’amour que son père lui portait. Pendant de nombreuses années, elle n’a pas eu un sentiment d’injustice dû au fait que les bonnes personnes meurent si tôt. En 1991, à Khabarovsk, j’ai rencontré ceux qui connaissaient bien la Bible. Enfin, elle a trouvé des réponses à toutes les questions qu’elle se posait depuis l’enfance. « La vérité biblique m’a frappée au cœur », se souvient Irina. « Quand j’ai entendu dire qu’il y avait de l’espoir pour la résurrection des morts, j’ai compris qu’il y avait une justice ! C’est formidable que tous les bons pères soient ressuscités, y compris le mien. Je vais le serrer dans mes bras... Depuis lors, Irina n’a jamais cessé de partager avec les autres les enseignements bibliques qui donnent une si belle espérance. Après 2 ans, elle s’est fait baptiser.

Sept mois plus tard, une tragédie s’est produite : son mari est mort. Irina s’est retrouvée seule avec un enfant de sept ans. Il n’y avait pas de travail dans le village, ils vivaient des prestations de survivant. Au cours de ces années, afin de ne pas s’attarder sur la montagne, elle a aidé beaucoup de gens à comprendre la Bible, à voir la sagesse des lois de Dieu. Quand mon fils avait 11 ans, il a consciemment choisi le chemin de la vie chrétienne pour lui-même. Quelques années plus tard, la famille s’installe au Birobidjan.

Irina a pris sa retraite en 2016. Auparavant, elle a travaillé comme administratrice dans un hôtel. Il a des certificats et des récompenses en argent pour son bon travail et son travail avec les gens. Irina est toujours pleine de force, d’énergie, de désir de partager la fiabilité biblique avec les autres. Il aime organiser des soirées à thème pour ses amis, écrire de la poésie et organiser des mariages pour ses proches. Chaque année, ils descendent la rivière en rafting avec leur famille et leurs amis. Un nouveau passe-temps consiste à fabriquer des fleurs en papier ondulé et à en créer des compositions. C’est avec grand plaisir qu’il les donne à des amis.

La persécution en raison de sa foi a gravement affecté le bien-être physique et émotionnel d’Irina. À ses inquiétudes s’ajoutait le fait que son fils Arthur, ainsi que sa femme, Anna, avaient été condamnés aux mêmes peines avec sursis de 2,5 ans chacun. Le soutien de nombreux amis de différentes villes et la cohésion familiale aident à survivre à ce stress. La sœur d’Irina, qui s’intéresse aux enseignements bibliques, est complètement perplexe face à ce qui se passe.

Historique de l’affaire

En février 2020, Irina Lokhvitskaya, originaire du Birobidjan, a été poursuivie en justice avec son fils Artur et sa belle-fille Anna. L’affaire contre le croyant a fait l’objet d’une enquête par Dmitry Yankin, un enquêteur-criminaliste principal du département d’enquête du FSB de Russie pour la région autonome juive. Il a également ouvert des poursuites pénales contre cinq autres habitants du Birobidjan, qui, selon l’enquête, « ont repris les activités d’une organisation religieuse locale liquidée en 2016 […] ainsi que le « Centre administratif des Témoins de Jéhovah en Russie ». La juge du tribunal de district de Birobidjan, Vasilina Bezotecheskikh, a tenu les audiences à huis clos, ne permettant à aucun auditeur ni même à des proches d’entrer dans la salle. Irina, qui a reçu des certificats et des récompenses monétaires pour son travail et son travail avec les gens, a été forcée de défendre ses opinions pacifiques devant les tribunaux. En juillet 2021, le tribunal a déclaré la croyante coupable et l’a condamnée à 2,5 ans de probation et 1 an de restriction de liberté. Le 16 novembre de la même année, la cour d’appel a confirmé le verdict et, en juillet 2022, la Cour de cassation de Vladivostok a approuvé cette décision.