Actualisé: 12 juillet 2024
Nom: Kutsenko Vadim Aleksandrovich
Date de naissance: 12 janvier 1989
Situation actuelle: Retrait des accusations
Article du Code pénal russe: 282.2 (1)
Temps passé en prison: 5 jour dans un centre de détention provisoire

Biographie

Le 10 février 2020, un raid massif contre des civils a eu lieu à Tchita, ainsi que dans d’autres villes et villages du territoire transbaïkal. Ce jour-là, un total de 50 perquisitions ont été effectuées au domicile des croyants, avec des menaces, des passages à tabac et des interrogatoires. Des agents de l’une des forces de l’ordre ont menotté Vadim Kutsenko, lui ont fermé les yeux et l’ont torturé, l’emmenant vers une destination inconnue dans une voiture officielle. Ainsi, ils ont essayé en vain de le forcer à faire un faux témoignage contre ses coreligionnaires. Que sait-on de lui ?

Vadim est né en janvier 1989 à Sharypovo (territoire de Krasnoïarsk). Sa mère est croyante, elle a élevé son fils, lui inculquant des qualités chrétiennes et l’amour de Dieu.

Enfant, Vadim aimait la gravure du bois, est allé à l’école d’art et a participé à des compétitions d’échecs. Il a reçu une éducation secondaire spécialisée et a acquis la profession de mécanicien automobile. Il a travaillé dans une usine de meubles, a travaillé comme nettoyeur à sec de meubles rembourrés, a travaillé comme technicien en informatique.

Malgré le fait qu’il ait grandi dans une famille religieuse, il a pris la décision de servir Dieu par lui-même. Cela s’est passé en 2009. Vadim était convaincu qu’il avait choisi le bon chemin de vie en donnant des réponses bibliques claires à toutes les questions qui se posaient à son esprit.

Pendant un certain temps, il a vécu à Ousolie-Sibirskoïe. J’ai rencontré Catherine, qui connaît aussi la Bible depuis l’enfance. En 2017, le couple s’est marié et a déménagé à Chita, où vivait sa femme. Ekaterina travaille comme manucure. Vadim et sa femme aiment se détendre dans la nature, faire des promenades, voyager.

Après les tristes événements de février 2020, Vadim a été licencié de son emploi. La santé s’est également détériorée, c’est pourquoi la femme est très inquiète. Les parents et les amis sont indignés par les traitements cruels, inhumains et illégaux dont Vadim a été victime.

Historique de l’affaire

Vladimir Ermolaev, Alexandre Poutinetsev, Sergueï Kiriliouk et Igor Mamalimov ont été poursuivis en justice en raison de leur foi en 2020, lorsque les forces de sécurité ont effectué 50 perquisitions à Tchita et dans d’autres villes de Transbaïkalie. Au cours de la rafle, plusieurs croyants ont été arrêtés et deux ont été torturés. Mamalimov, Kirilyuk et Ermolaev ont été placés dans un centre de détention temporaire, où ils ont passé plusieurs jours. À un moment donné, quatre autres croyants ont été suspectés dans l’affaire, mais leurs poursuites pénales ont été abandonnées. Pour avoir organisé des services religieux pacifiques, le Comité d’enquête de la Fédération de Russie a accusé Ermolaev, Putintsev, Mamalimov et Kirilyuk d’avoir organisé les activités d’une organisation extrémiste. Malgré le fait qu’il n’y ait pas eu de victimes dans l’affaire et qu’il n’y ait aucune preuve de crimes contre l’État et l’individu, le tribunal a condamné en 2022 Vladimir Ermolaev, Aleksandr Putintsev et Igor Mamalimov à une peine d’emprisonnement dans une colonie pénitentiaire de 6 à 6,5 ans, et Sergey Kirilyuk à 6 ans avec sursis. La cour d’appel a confirmé ce verdict. Les cours d’appel et de cassation n’ont pas modifié ce verdict.