Actualisé: 19 avril 2024
Nom: Dyadkin Aleksey Valeriyevich
Date de naissance: 6 mai 1989
Situation actuelle: Personne condamnée
Article du Code pénal russe: 282.2 (1)
Temps passé en prison: 881 jour dans le cadre d’une détention provisoire, 456 jour en colonie
Phrase: Peine sous la forme de 7 ans d’emprisonnement avec détention dans une colonie pénitentiaire à régime général, avec privation du droit de participer à des activités d’organisation dans des associations et organisations publiques et religieuses, pour une période de 5 ans, avec restriction de liberté pour une période de 1 an
Actuellement détenu à: Penal Colony No. 2 in Lipetsk Region
Adresse de correspondance: Dyadkin, Aleksey Valeriyevich, born 1989, IK No. 2 in Lipetsk Region, ul. Kovaleva, 130B, g. Lipetsk, Lipetsk Region, Russia, 398007

Les lettres d’appui peuvent être envoyées par la poste ou par le biais du «FSIN-letter system». Pour payer le service avec la carte d’une banque étrangère, utilisez Prisonmail.

Les colis et colis ne doivent pas être envoyés en raison de la limite de leur nombre par an.

Remarque : il est interdit de discuter de sujets liés aux poursuites pénales dans les lettres. Les langues autres que le russe ne passeront pas.

Biographie

En août 2020, des perquisitions ont été menées au domicile de Témoins de Jéhovah. Peu de temps après, Alexeï Dyadkine, qui s’était présenté à l’enquêteur pour être interrogé, a été arrêté et placé dans un centre de détention provisoire. En septembre 2022, le tribunal l’a condamné à 7 ans de colonie pénitentiaire en raison de sa foi.

Aleksey est né à Chkalovsk (Tadjikistan) en mai 1989 dans la famille d’un technologue et d’un coiffeur. Il a 2 sœurs aînées. Depuis l’enfance, Aleksey aimait le sport : football, patinage artistique, haltérophilie. Après l’école, il a obtenu un diplôme d’ingénieur en soudage. Pendant un certain temps, Aleksey a travaillé de profession, et a également maîtrisé les compétences d’un maçon, d’un plombier et d’un carreleur.

Aleksey a été initié aux enseignements bibliques par sa grand-mère. En étudiant les Écritures et en mettant en pratique ce qu’il avait appris, il s’est rendu compte que sa vie était en train de changer pour le mieux. Guidé par une conscience élevée selon la Bible, il demanda le remplacement du service militaire par un service civil alternatif, qu’il accomplit à l’hôpital régional de Koursk.

En 2011, Aleksey a épousé Vitalina, qu’il a rencontrée dans un cercle d’amis communs. Vitalina est pâtissière de profession, travaille comme coiffeuse et aime peindre depuis un certain temps. Le couple a beaucoup voyagé, a vécu à Zadonsk, Saratov et Goukovo. La famille est retournée à Koursk pour soutenir les parents d’Alekseï.

Après l’arrestation d’Aleksey, la vie de la famille a radicalement changé. Le mari a été placé dans un centre de détention provisoire à Rostov-sur-le-Don, à cause de quoi Vitalina a dû s’y installer, chercher un logement et du travail. Les expériences ont affecté la santé, exacerbé les maladies chroniques.

Le père, la mère et les sœurs d’Alekseï ne le reconnaissent pas coupable et ne comprennent pas pourquoi leur bien-aimé a été jeté en prison.

Historique de l’affaire

En août 2020, les forces de sécurité ont perquisitionné les domiciles d’habitants de Goukovo. Le Comité d’enquête a ouvert une procédure pénale contre Alexeï Dyadkine, Vladimir Popov, Evgueni Razoïv, Alekseï Gorelov, Nikita Moïsseïev et Oleg Chidlovski. Des croyants pacifiques ont été accusés d’avoir organisé les activités d’une organisation extrémiste. Le crime de ces hommes, selon les enquêteurs, est qu’ils « ont prié et chanté des cantiques à Jéhovah Dieu ». Depuis août 2020, tous les six sont en détention provisoire. Comme on l’a su plus tard, les croyants ont été surveillés pendant longtemps par un agent du FSB. En novembre 2021, l’affaire a été portée devant les tribunaux. Les témoignages des érudits religieux interrogés ont confirmé que ces hommes ne sont jugés que pour des activités religieuses pacifiques. En septembre 2022, le tribunal a condamné Gorely et Shidlovsky à 6,5 ans de prison, et le reste des croyants à 7 ans dans une colonie à régime général. En janvier 2023, l’appel a confirmé le verdict, et six mois plus tard, la Cour de cassation l’a confirmé.