Cas de Ledyaykin à Seversk

Un bref historique de l’affaire

En juillet 2020, des agents du FSB et du Comité d’enquête, accompagnés de deux policiers anti-émeutes, sont arrivés sur le lieu de travail d’Andreï Lediaïkine, l’administration de Seversk, pour récupérer le croyant et le perquisitionner à son domicile. Après qu’en mars 2021, le département d’enquête de ZATO Seversk a ouvert une procédure pénale contre Ledyaykin, il a été contraint de démissionner. Trois jours plus tard, le tribunal a choisi une mesure de contrainte pour lui sous la forme d’un engagement écrit de ne pas quitter les lieux et d’un comportement approprié. En juin 2021, l’affaire Ledyaykin a été soumise au tribunal de la ville de Seversky, dans la région de Tomsk. Elle a été examinée par la juge Ekaterina Soldatenko. L’accusation est basée sur le témoignage de l’agent du FSB Kira Klisheva, qui a témoigné contre 5 autres Témoins de Jéhovah à Seversk. Le procureur a requis 4,5 ans dans une colonie à régime général pour le croyant. En avril 2022, le tribunal a condamné Andreï Ledyaïkine à 2 ans et 2 mois de colonie pénitentiaire, et le 14 juillet, le tribunal régional de Tomsk a remplacé cette peine par une peine avec sursis.

  • #
    Mars-Avril 2020

    L’agent du FSB Kira Klisheva, prétendant s’intéresser à la Bible, conserve des enregistrements vidéo secrets de conversations sur Dieu sur Internet.

  • #
    14 juillet 2020

    Dans le même temps, vers 9 heures du matin, des agents du Comité d’enquête et du FSB ont envahi les domiciles de Sergueï Belousov, Andreï Kolesnitchenko, Andreï Lediaïkine, Alexeï Erchov et Evgueni Korotun. Kolesnichenko, 50 ans, et Ledyaikin, 31 ans, sont arrêtés par des agents du FSB sur leur lieu de travail, après quoi des perquisitions sont menées à leur domicile. Les recherches d’Alekseï Erchov, 67 ans, durent environ 5 heures. Sa femme n’est pas autorisée à entrer dans l’appartement, mais elle est ensuite emmenée pour interrogatoire avec son mari et sa fille.

    L’un des croyants a dit plus tard : « Nous avons ouvert la porte parce qu’elle était presque enfoncée. Environ 10 personnes sont entrées dans l’appartement et ont commencé à fouiller. Mon fils et moi avons été gardés dans une cage d’escalier pendant plusieurs heures. Les voisins ont sorti une chaise et de la nourriture. Le lieutenant Sergueï Mamontov, enquêteur principal du département d’enquête du district Leninsky de Tomsk, demande à Kolesnichenko pourquoi il « ne fréquente pas l’église orthodoxe ou catholique ».

    Les forces de l’ordre confisquent aux croyants des appareils électroniques, diverses éditions de la Bible, des cahiers, des routeurs Wi-Fi, des caméras vidéo, des photos, des cartes postales, des cartes bancaires, des passeports étrangers et même des volumes de Victor Hugo et de Léon Tolstoï.

  • #
    25 mars 2021

    A. G. Kolpakov, enquêteur du Département d’enquête du territoire administratif fermé de Seversk, engage une procédure pénale contre Andreï Ledyaïkine en vertu de la partie 2 de l’article 282.2 du Code pénal de la Fédération de Russie.

  • #
    29 mars 2021

    Une mesure de retenue est choisie par rapport au croyant sous la forme d’un engagement à ne pas partir et d’un comportement approprié.

  • #
    30 mars 2021

    Andreï Ledyaïkine est accusé de participation à des activités extrémistes. Il est basé sur des enregistrements vidéo de services religieux réalisés par l’agent Klisheva.

    Ledyaykin n’admet pas sa culpabilité dans la perpétration du crime incriminé. Selon lui, il n’a jamais pris part aux activités d’organisations extrémistes et sa vie est guidée par des principes qui n’autorisent pas la violence. « Je considère que les poursuites pénales sont des répressions qui violent le droit national et international », déclare le croyant.

  • #
    22 juin 2021

    L’affaire pénale contre Andreï Ledyaïkine est soumise au tribunal de la ville de Seversky, dans la région de Tomsk. Elle sera examinée par la juge Ekaterina Soldatenko. La première audience est prévue le 12 juillet 2021.

  • #
    12 juillet 2021 Audience devant une juridiction de première instance

    Sur ordre de la juge Ekaterina Soldatenko, l’audience se tient sans la présence d’auditeurs. Le tribunal rejette la demande de l’avocat de renvoyer le dossier au procureur.

    Le procureur de la République donne lecture de la décision d’amener Andreï Ledyaïkine en tant qu’accusé.

    L’accusé informe le tribunal qu’il n’est pas d’accord avec l’accusation et explique : « L’accusation portée contre moi contient l’expression de l’opinion subjective du témoin dans l’affaire et de l’enquêteur, qui n’est pas confirmée par les opinions des spécialistes des examens religieux, linguistiques et psychologiques. »

    Dans son appel à la cour, Ledyaykin souligne que l’accusation « est absolument sans fondement, puisqu’il n’y a aucune preuve de l’acte incriminé, et que cette poursuite pénale contredit les normes de la législation russe actuelle ».

  • #
    30 novembre 2021 Audience devant une juridiction de première instance

    L’audience dure 5 minutes en raison d’un autre manquement du témoin de l’accusation Klisheva. Le procureur de la République dépose une requête pour exprimer son témoignage à partir du dossier de l’affaire. L’avocat s’y oppose et insiste sur la présence personnelle du témoin. Le juge soutient la défense et exhorte le procureur de l’État à assurer la comparution de Klisheva devant le tribunal.

  • #
    29 décembre 2021 Audience devant une juridiction de première instance

    22 personnes viennent au palais de justice pour soutenir le croyant, mais aucune d’entre elles n’est autorisée à entrer dans la salle d’audience.

    Lors de l’audience, les caractéristiques de l’accusé, ses certificats et les lettres de remerciement des chefs des différents départements sont lus.

    Le juge joint à l’affaire l’appel du défendeur auprès du ministère de la Justice et la réponse du ministère.

    Le supérieur hiérarchique immédiat d’Andreï Lediaïkine depuis son dernier lieu de travail est en train d’être interrogé. Il qualifie le défendeur de « personne exceptionnellement décente et responsable, un professionnel dans son domaine ». Il affirme également que Ledyaykin, lorsqu’il a appris l’affaire pénale, a volontairement écrit une lettre de démission, bien que la direction l’ait découragé de le faire, et ajoute : « Quand il est parti, beaucoup ont pleuré. »

  • #
    24 janvier 2022 Audience devant une juridiction de première instance

    La juge Ekaterina Soldatenko fait droit à la demande de visionnement de la session de l’Assemblée plénière de la Cour suprême de la Fédération de Russie du 28 octobre 2021 et joint la transcription de l’Assemblée plénière au dossier de l’affaire. Le croyant explique : « Votre Honneur, comme vous pouvez le constater, la responsabilité pénale des personnes à l’égard desquelles il n’a pas été établi quelles actions spécifiques liées à la reprise ou à la poursuite des activités d’une organisation extrémiste elles ont commises, et quels motifs elles ont été guidés en le faisant, est exclue. »

    Il ajoute : « Sur la base des éléments de l’affaire pénale, les actions et les motifs qui m’ont été attribués n’ont aucun fondement. Et des expressions telles que « avoir une intention », « réaliser », « vouloir », « agir pour des motifs extrémistes » ne sont rien de plus que des spéculations de quelqu’un.

    Ledyaykin précise : « J’exerçais mon droit à la liberté de religion lorsque j’étais présent avec mes coreligionnaires aux cultes. »

  • #
    3 février 2022 Audience devant une juridiction de première instance

    Andreï Ledyaïkine lit à haute voix les lettres qui lui ont été confisquées, attirant l’attention de la Cour sur le fait qu’elles ne contiennent aucun appel à saper les fondements de l’ordre constitutionnel et de la sécurité de l’État. Il explique au tribunal qu’ils contiennent des informations basées sur la Bible ; parle des promesses de Dieu sur l’avenir ; Sur la base de la prophétie biblique, les événements qui se déroulent dans le monde d’aujourd’hui et d’autres choses sont expliqués.

  • #
    8 février 2022 Audience devant une juridiction de première instance

    Le défendeur se réfère à la loi fédérale n° 114 « sur la lutte contre les activités extrémistes » et attire l’attention du tribunal sur le fait que « la Bible [...] Son contenu et ses citations ne peuvent pas être reconnus comme des documents extrémistes.

    La défense demande à visionner des enregistrements vidéo de réunions avec la participation de l’accusé. Le disque contenant les enregistrements vidéo n’ayant pas été retrouvé, l’avocat demande la récupération des disques au service d’enquête.

  • #
    16 mars 2022 Audience devant une juridiction de première instance

    Seuls les participants au processus sont présents à la réunion. Les auditeurs ne sont pas autorisés à entrer dans la salle d’audience.

    Une réponse du Comité d’enquête sur l’emplacement des disques contenant des enregistrements de services religieux en rapport avec l’affaire contre Korotun est annoncée, et l’affaire Ledyaykin contient une transcription de ces enregistrements. Le juge rejette la demande de l’avocat d’exclure ces documents du dossier de l’affaire, mais reconnaît que la pratique judiciaire est positive dans des affaires similaires contre des croyants qui étaient soupçonnés d’avoir violé la partie 2 de l’article 282.2 du Code pénal, mais qui ont été acquittés par la suite.

    La défenderesse lit des extraits des avis du gouvernement de la Fédération de Russie dans les rapports du Groupe de travail du Conseil des droits de l’homme des Nations Unies, ainsi que de l’arrêt en appel du Conseil de la Cour suprême de la Fédération de Russie du 17.07.2017 : « Le tribunal de première instance n’a pas évalué la légalité des croyances religieuses des Témoins de Jéhovah et les moyens de les exprimer, vérifier uniquement la légalité des actions menées par l’Organisation conformément à la loi sur la lutte contre les activités extrémistes.

    Ledyaykin cite également le commentaire du Représentant permanent de la Fédération de Russie auprès de l’OSCE, A. K. Lukashevich, lors de la réunion du Conseil permanent de l’OSCE le 14 février 2019 : « Nous soulignons à nouveau que rien n’empêche les Témoins de Jéhovah de pratiquer librement leur foi en Russie, puisqu’aucune autorisation formelle n’est requise pour prier. »

  • #
    22 mars 2022

    À la demande d’Andreï Lediaïkine, un enregistrement vidéo du service divin auquel il a participé est diffusé et un chant religieux est écouté. Après cela, le défendeur donne des explications sur les documents consultés. Ledyaykin attire l’attention de la Cour sur le fait que « la vidéo ne contient pas un seul appel à saper les fondements de l’ordre constitutionnel et de la sécurité de l’État », que le matériel en discussion « encourage à être déterminé à soutenir les autres, quelles que soient les circonstances dans lesquelles ils se trouvent ».

    Le croyant réfute systématiquement toutes les accusations contenues dans le dossier contre lui et explique pourquoi l’extrémisme est incompatible avec sa vision du monde. Andreï Ledyaïkine cite également de nombreuses déclarations du gouvernement russe confirmant que les Témoins de Jéhovah peuvent adorer Dieu sans entrave. Entre autres choses, il déclare : « Si je ne reconnaissais pas les autorités de l’État et les organes de l’autonomie locale, je ne travaillerais pas dans l’administration de la ville de Seversk. Et j’ai travaillé pendant exactement 10 ans, jusqu’à ce qu’on me demande de démissionner à cause de cette poursuite pénale.

    Le croyant explique également : « Compte tenu du principe constitutionnel de séparation de l’Église et de l’État (article 14 de la Constitution de la Fédération de Russie), la loi n’établit pas de normes concernant les formes de religion qui sont correctes et celles qui ne le sont pas. Par conséquent, dans chaque religion, ils sont différents.

    La Cour suprême de la Fédération de Russie ne m’a pas interdit de discuter de questions bibliques avec mes amis. Et ce droit constitutionnel ne dépend pas de la présence ou de l’absence d’une personne morale.

  • #
    24 mars 2022

    Le croyant conclut par des notes écrites et dit : " Je n’ai pas commis de crime, mais j’ai seulement exercé mon droit constitutionnel de croire en Jéhovah Dieu et de vivre en harmonie avec mes croyances religieuses. Et ce n’était pas une continuation des activités de l’organisation « extrémiste » liquidée.

  • #
    30 mars 2022 Le procureur a requis une sanction

    Le procureur requiert une peine de 4,5 ans de prison à l’encontre d’Andreï Ledyaïkine, avec purge dans une colonie à régime général et restriction de liberté subséquente pour une période d’un an. Le procureur demande également d’interdire au croyant de publier des informations sur Internet pendant 5 ans.

  • #
    15 avril 2022 Le procureur a requis une sanction

    L’accusé Andreï Ledyaïkine prend la parole dans le débat. En réponse aux accusations d’incitation à la haine religieuse, il souligne que personne n’a été blessé dans cette affaire, à l’exception de lui et de sa famille. Le croyant attire l’attention du tribunal : « Dans la présente affaire, l’accusation portée contre moi est basée sur le principe de la criminalisation des actions humaines en fonction de la religion que je professe. Les actions habituelles pour tout croyant : la participation à des cultes et ainsi de suite deviennent, de l’avis du procureur de la République, un crime... Il est évident pour moi que l’accusation voit la participation aux activités d’une organisation extrémiste en chantant des chansons, en priant, en étudiant la Bible. C’est la raison pour laquelle, dans mon témoignage en l’espèce, j’ai toujours soutenu que je n’admettais pas pleinement ma culpabilité. »

  • #
    26 avril 2022 Peine prononcée en première instance Déclaration finale

    La juge du tribunal de la ville de Seversky de la région de Tomsk, Ekaterina Soldatenko, condamne Andreï Ledyaïkine à 2 ans et 2 mois de prison.

  • #
    3 juin 2022

    L’avocat rend visite à Andreï Ledyaïkine au centre de détention provisoire. Le croyant est dans une cellule double avec un autre prisonnier. Les relations d’Andreï avec son compagnon de cellule et l’administration sont normales. Parfois, il y a des épisodes de maladie chronique (hypertension artérielle), c’est pourquoi vous devez prendre des médicaments.

    Andreï dit qu’à cause de l’arrestation, il a dû reporter le mariage, et maintenant il est obligé de communiquer avec sa fiancée uniquement par correspondance. Cependant, les lettres d’elle et d’amis lui sont d’un grand secours. Il a déjà reçu environ 600 lettres.

  • #
    14 juillet 2022 Cour d’appel

    Le collège du tribunal régional de Tomsk a atténué la peine d’Andreï Lediaïkine, remplaçant 2 ans et 2 mois de prison par une peine similaire avec sursis.