Le cas de Terebilov à Kostroma

Un bref historique de l’affaire

En juillet 2018, des policiers et une escouade d’agents de l’OMON ont perquisitionné l’appartement de Dmitri Terebilov, en son absence. Un an plus tard, le Comité d’enquête a engagé des poursuites pénales contre le croyant pour participation à l’activité d’une organisation extrémiste. Bientôt, la maison de Terebilov fut de nouveau perquisitionnée. Le croyant a été placé sous un contrat d’engagement et a été ajouté à la liste de surveillance de Rosfin. En septembre 2020, l’affaire de Dmitry a été portée devant les tribunaux, qui l’ont condamné un an plus tard à 3 ans dans une colonie à régime strict. La cour d’appel, puis la cour de cassation, ont confirmé le verdict. Depuis février 2022, Terebilov purge sa peine dans la colonie pénitentiaire n° 1 de la région de Kostroma. En avril 2023, Dmitry est devenu accusé dans une nouvelle affaire pénale en raison de conversations sur la Bible avec un autre prisonnier.

  • #
    25 juillet 2018

    L’appartement de Dmitri Terebilov est perquisitionné en son absence. Des policiers avec un détachement de la police anti-émeute enfoncent la porte d’entrée pour entrer dans le logement. Ils saisissent des médias électroniques et des effets personnels.

  • #
    13 juin 2019

    Le Département d’enquête du district central de Kostroma du Comité d’enquête du Comité d’enquête de la Fédération de Russie pour la région de Kostroma ouvre une procédure pénale pour foi en vertu de l’article 282.2 (2). Selon les enquêteurs, Dmitry Terebilov (né en 1980) « distribuant [...] la littérature incluse dans la liste fédérale des documents extrémistes, contenant des informations incitant à la discorde religieuse, promouvant l’exclusivité, la supériorité de la doctrine des Témoins de Jéhovah et l’infériorité des autres citoyens qui ne professent pas cette doctrine... ont participé aux réunions qui ont eu lieu.

  • #
    26 juin 2019

    Le juge du tribunal de district de Sverdlovsk à Kostroma, V. P. Bebeshko, délivre un mandat de perquisition dans l’appartement de Terebilov.

  • #
    4 juillet 2019

    Le domicile de Terebilov fait l’objet d’une perquisition.

  • #
    2 septembre 2019

    Le juge du tribunal régional de Kostroma, O. A. Panov, confirme l’ordre de perquisitionner le domicile du croyant.

  • #
    19 septembre 2019

    Le compte bancaire de Dmitriy Terebilov a été bloqué.

  • #
    25 mai 2020

    L’enquêteur N. A. Tsymlyakov choisit une mesure de contrainte pour Terebilov sous la forme d’un engagement écrit de ne pas quitter les lieux et l’accuse d’avoir commis un crime en vertu de la partie 2 de l’article 282.2 du Code pénal de la Fédération de Russie. Selon l’enquête, entre le 17 juillet 2017 et le 25 mai 2020, Dmitry a participé activement aux activités d’organisations religieuses liquidées.

  • #
    27 mai 2020

    L’épouse de Terebilov est interrogée en tant que témoin. L’enquêteur annonce la fin de l’enquête préliminaire et un procès-verbal est dressé.

  • #
    29 mai 2020

    L’enquêteur N. A. Tsymlyakov accuse à nouveau Dmitry Terebilov d’avoir commis un crime en vertu de la partie 2 de l’article 282.2 du Code pénal de la Fédération de Russie, ajoutant de nouveaux épisodes à la décision.

  • #
    10 juillet 2020

    La durée de l’enquête préliminaire sur l’affaire pénale contre Dmitry Terebilov arrive à expiration. L’enquêteur soumet une requête au tribunal de district de Sverdlovsk de Kostroma pour limiter le temps dont dispose le croyant pour se familiariser avec les documents des 9 volumes de l’affaire pénale - cela limiterait le droit du croyant à une protection de qualité. Dmitry Terebilov prépare une objection à cette pétition.

  • #
    7 août 2020

    Le procureur adjoint de Kostroma, E. L. Sokolov, approuve l’acte d’accusation et le remet à Terebilov.

  • #
    8 septembre 2020 Audience devant une juridiction de première instance

    Au tribunal du district de Sverdlovsk de Kostroma, les audiences sur le fond de l’affaire commencent. La présidente du tribunal est Oksana Borovkova. Arbitre : Oksana Borovkova.

    La procureure Svetlana Gryaznova annonce l’acte d’accusation à Dmitri Terebilov. Selon le document, l’accusé « a participé activement aux activités de l’organisation religieuse 'Centre administratif des Témoins de Jéhovah en Russie' liquidé dans le cadre de la mise en œuvre d’activités extrémistes et de l’organisation religieuse locale des Témoins de Jéhovah à Kostroma, qui fait partie de sa structure ... afin de diffuser l’idéologie et les valeurs de la doctrine des Témoins de Jéhovah, qui incite à la discorde religieuse, promeut l’exclusivité, la supériorité de la doctrine des Témoins de Jéhovah et l’infériorité des autres citoyens qui ne professent pas cette doctrine, sur la base de leur attitude à l’égard de la religion...

    L’accusé ne comprend pas le sens de l’accusation, puisqu’il n’était pas membre d’entités juridiques interdites et que la Cour suprême de la Fédération de Russie n’a pas évalué les croyances des Témoins de Jéhovah et n’a pas interdit la pratique de leur religion. Terebilov affirme qu’il n’a jamais mené d’activités extrémistes et que la violence est incompatible avec ses croyances religieuses. Il souligne qu’il respecte les représentants des autres religions, considère que les poursuites pénales contre lui sont de la répression religieuse.

    Les témoins de l’accusation doivent être appelés à comparaître lors de la prochaine audience.

  • #
    17 décembre 2020

    Des témoins de l’accusation sont interrogés, dont Alexander Igumnov, un employé du CPE. Au cours de l’interrogatoire, Igumnov n’a pas pu donner de témoignage spécifique sur aucun des chefs d’accusation. Il fait référence au fait qu’il a oublié beaucoup de choses, bien qu’il y ait un protocole de son interrogatoire datant de mai 2020 dans le dossier. « Je sais tout cela un peu superficiellement », explique-t-il, « ce n’est que mon opinion. » Igumnov n’a rien à dire sur Terebilov en tant que Témoin de Jéhovah.

    L’avocat attire également l’attention sur le fait que les mêmes témoins ont participé à l’enquête pendant plusieurs années.

  • #
    26 janvier 2021

    L’interrogatoire des témoins à charge se poursuit. La défense interroge le témoin Kochurov, un ancien prisonnier avec qui Dmitri Terebilov est en correspondance depuis 2015. Au cours de l’interrogatoire, il s’avère que le témoignage de Kochurov contredit complètement ses propres lettres, qu’il a écrites au croyant depuis la prison.

    Comme on peut le voir dans les lettres qu’il écrivit au tribunal, Kotchourov s’intéressait vivement aux enseignements bibliques, assurait Terebilov de sa foi en Jéhovah Dieu et de son désir de le servir. Il a également dit à Dmitry qu’il était heureux de communiquer avec lui. Cependant, lors du procès, Kochurov a déclaré que « la correspondance avec Terebilov ne lui a procuré aucun plaisir ». Le témoin ne peut pas répondre à la question du croyant : « Pourquoi as-tu communiqué avec moi ? » À la question de l’avocat de savoir si Terebilov a fait des déclarations insultantes sur d’autres religions, s’il a appelé à l’incitation à la haine interreligieuse, à la désobéissance aux autorités ou au refus de soins médicaux, Kochurov répond par la négative.

    Un autre témoin de l’accusation dit que c’est la première fois qu’elle entend le nom de « Terebilov ».

  • #
    8 février 2021

    L’interrogatoire des témoins à charge se poursuit. L’un d’eux affirme qu’il n’a pas entendu les déclarations et les appels extrémistes de Dmitri Terebilov. Il note que le croyant, au contraire, appelait à l’obéissance aux autorités. Le témoin décrit Dmitriy comme « une personne plutôt positive et sympathique [...] prêt à aider les autres sans aucune obligation ni gain personnel. À titre d’exemple, il cite deux cas où, avec l’accusé, il a aidé une femme âgée et une famille nombreuse.

    Sergey et Valeria Rayman sont interrogés. Sergey déclare : « [Dmitry] a changé sa vie pour le mieux et essaie d’être un citoyen respectueux des lois. Il m’a dit que dans le passé, sa vie n’était pas très prospère, mais maintenant je le connais bien. C’est un bon père de famille. Je sais que je tiens à mon oncle. [...] Il aide les autres quand ils se tournent vers lui. Valeria Rayman décrit Dmitry Terebilov comme une « personne gentille et bonne » qui a aidé sa famille plus d’une fois.

  • #
    15 février 2021

    Le témoin de l’accusation, qui a également été fouillé, parle positivement de l’accusé : « En tant que personne, il est bon, sans problème, vous n’entendrez pas un mauvais mot. »

    Le témoin dit que personne ne l’a forcé à discuter de la Bible, lui-même était intéressé. Le témoin ne confirme que partiellement son témoignage au cours de l’enquête préliminaire. Lorsque le juge lui demande quelles sont, selon lui, les activités de l’accusé, le témoin répond : « Il vit selon la Bible. »

    Lui et un autre témoin affirment que Dmitri Terebólov n’a pas appelé à des activités extrémistes religieuses, à la désobéissance aux autorités, au refus de soins médicaux et de service militaire, et qu’il n’a pas non plus exprimé la supériorité des Témoins de Jéhovah sur les autres religions.

  • #
    6 avril 2021

    Farida Akhunzyanova, une employée de l’Université d’État de Kostroma, qui a examiné les enregistrements audio des conversations des croyants, est interrogée. Commentant les propos de Dmitri Terebilov, elle explique qu’elle n’y a trouvé aucun mot ou expression qui indiquerait l’infériorité des citoyens professant une autre religion. En ce qui concerne les autres documents qui ont été fournis pour examen, Akhunzyanova déclare qu’ils ne se rapportent pas à Dmitri Terebilov, mais à l’organisation des Témoins de Jéhovah dans son ensemble.

  • #
    19 avril 2021

    Le tribunal prend connaissance des preuves matérielles, y compris la Bible dans la traduction synodale.

  • #
    12 mai 2021

    Interrogatoire d’un spécialiste de l’histoire des religions, N. S. Mayorova. Il affirme que les croyances religieuses sont un choix intérieur et personnel, et que les cultes communs célébrés par les Témoins de Jéhovah sont un moyen d’exprimer leurs croyances religieuses. « Nous jouissons de la liberté de conscience dans notre pays », dit-elle.

  • #
    18 mai 2021

    Sergueï Ivanenko, docteur en philosophie, érudit religieux qui étudie la doctrine des Témoins de Jéhovah depuis de nombreuses années, prend la parole à l’audience. Il parle positivement des adeptes de cette religion. Le tribunal joint au dossier les études religieuses d’un spécialiste.

  • #
    7 juin 2021

    La déposition est donnée par le témoin O. A. Shellova, un parent de Dmitri Terebilov, qui ne partage pas ses croyances religieuses. Elle décrit Dmitry comme une personne sympathique, prête à aider gratuitement. Selon elle, l’accusé n’abuse pas de l’alcool, ne fume pas, n’utilise pas de langage obscène et il entretient de bonnes relations avec les voisins.

    Shelling informe le tribunal que Terebilov avait une vie difficile, il s’est même assis en prison, mais qu’il est ensuite devenu croyant et a changé pour le mieux. Ces changements à Terebilov ont également affecté la vie de son oncle, qui vivait jusqu’en 2013 avec un parent qui le maltraitait et le battait régulièrement. En apprenant cela, Dmitri Terebilov lui a emmené son oncle, maintenant il ne meurt plus de faim et a l’air bien soigné. Vivant avec son neveu et sa femme, il a arrêté de fumer. Obolochkova appelle Terebilov « une vraie chrétienne ».

  • #
    22 juillet 2021

    Les plaidoiries judiciaires commencent. Dans son discours, le procureur fait référence au fait que Dmitry Terebilov a déjà été condamné. Par conséquent, l’accusation exige que son « nouveau crime » soit reconnu comme une récidive, qui consiste dans le fait qu’après l’interdiction des personnes morales des Témoins de Jéhovah en Russie, il n’a pas changé ses opinions religieuses. Dans le même temps, le procureur admet : « Personne n’a interdit à Terebilov d’exercer ses droits à la liberté de conscience et de religion des Témoins de Jéhovah. »

    L’accusation demande une peine pour Terebilov : 5 ans d’emprisonnement dans une colonie à régime strict et 1 an de restriction de liberté.

  • #
    23 juillet 2021

    Le débat de l’avocat de l’accusé. Il procède à une analyse détaillée des chefs d’accusation, soulignant l’incohérence de la base de preuves, y compris les violations commises au cours de l’enquête sur l’affaire pénale.

  • #
    28 juillet 2021 Le procureur a requis une sanction

    Dmitry Terebilov a pris la parole dans le débat. Il attire l’attention sur la participation d’experts et de témoins douteux dans l’affaire, sur l’utilisation d’informations sciemment fausses dans les documents. Ainsi, il souligne que Farida Akhunzyanova, dans son interrogatoire, considérait le célèbre érudit religieux Sergueï Ivanenko comme Témoin de Jéhovah uniquement parce qu’il cite la Bible dans son livre.

    Terebilov affirme que les preuves matérielles dans l’affaire sont susceptibles d’être détruites, tandis que parmi elles se trouvent 10 exemplaires de la Bible dans une traduction qui n’est pas interdite sur le territoire de la Fédération de Russie. Le croyant compare ce fait à ce qui s’est passé pendant l’Inquisition médiévale.

    Dmitriy Terebilov dit : « La violence est incompatible avec les canons religieux selon lesquels je vis. C’est grâce à ce qui était écrit dans la Bible que j’ai commencé à changer ma vie pour le mieux et à me débarrasser des mauvaises habitudes (tabagisme, langage grossier, consommation de drogues). J’ai une famille, à laquelle j’accorde beaucoup d’importance, donc l’accusation de saper les relations familiales sonne ... ridicule et sans fondement. Le croyant demande au tribunal : « Pourquoi devrais-je cesser de pratiquer ma religion ? Pourquoi devrais-je cesser de fréquenter mes compagnons croyants ? Pourquoi devrais-je arrêter de lire la Bible, de prier, de parler de Dieu aux autres ? [...] Et pourquoi devrais-je aller dans une colonie pendant 5 ans pour ça ?

    Le procureur demande au tribunal de critiquer le témoignage de l’érudit religieux Sergueï Ivanenko, auquel Terebilov fait référence. L’accusation ne motive cela que par le fait que des informations sur ce spécialiste peuvent être trouvées sur le site Web des Témoins de Jéhovah, qui est interdit sur le territoire de la Fédération de Russie.

  • #
    30 août 2021
  • #
    6 septembre 2021 Peine prononcée en première instance

    La juge Ekaterina Molodova condamne Dmitry Terebilov. Le croyant a été condamné à 3 ans d’emprisonnement dans une colonie à régime strict.

    Dmitry est placé en garde à vue et placé dans le centre de détention provisoire n° 1 du Service pénitentiaire fédéral de Russie dans la région de Kostroma. Il peut écrire des lettres.

  • #
    17 décembre 2021

    L’avocat rend visite à Dmitry Terebilov au centre de détention provisoire. Le croyant est maintenu à l’isolement. Après l’annonce du verdict, ses cellules ont été changées à plusieurs reprises. Il lave soigneusement chacun d’eux, puis maintient la propreté et l’ordre à l’intérieur. La fenêtre de l’une des cellules ne fermait pas bien, ce qui rendait la pièce froide. À la demande du croyant, le personnel du centre de détention provisoire a réparé la fenêtre.

    Terebilov a son propre exemplaire de la Bible. Le croyant lit beaucoup, en utilisant la bibliothèque locale.

    Dmitry a l’occasion d’appeler et d’écrire régulièrement à sa femme, deux fois par mois, on leur donne un rendez-vous. De plus, il est soutenu par d’autres croyants : ils donnent des produits et envoient des lettres de soutien - au cours des 3 derniers mois, il a reçu 1400 lettres de 47 pays du monde.

  • #
    12 janvier 2022 Cour d’appel

    19 personnes sont autorisées à entrer dans la salle de réunion, y compris le père du croyant, qui est venu soutenir Dmitri Terebilov.

    Le tribunal régional de Kostroma rejette l’appel. Le verdict entre en vigueur.

  • #
    16 février 2022 Prison à vie

    On apprend que Dmitry Terebilov a été placé dans la colonie pénitentiaire n° 1 dans la région de Kostroma. Il s’agit d’une colonie à régime strict, donc les colis ou les colis ne doivent pas être envoyés au croyant. Il peut écrire des lettres.

  • #
    22 septembre 2022
  • #
    20 avril 2023
  • #
    1 juin 2023 Prison à vie Transfèrement d’un prisonnier

    Il s’avère que depuis la fin du mois de mai 2023, Dmitry est au centre de détention provisoire n°1 de Kostroma pour participer à des actions d’enquête dans sa nouvelle affaire pénale.

  • #
    5 juillet 2023 Prison à vie Transfèrement d’un prisonnier

    Le croyant retourne à son ancien lieu de purge de sa peine, à la colonie pénitentiaire n° 1 dans la région de Kostroma. Il peut écrire des lettres. Les colis et colis ne doivent pas être envoyés

  • #
    16 août 2023 Prison à vie

    L’épouse de Dmitri Terebólov rapporte que, depuis un certain temps, on ne lui a pas donné de lettres contenant le nom de Dieu Jéhovah, bien qu’il ne soit pas interdit de l’utiliser et qu’on puisse le trouver dans des œuvres littéraires célèbres.

  • #
    14 novembre 2023 Prison à vie Plaintes Défenseurs des droits de l’homme Lettres

    Les conditions de détention dans la colonie sont satisfaisantes. Dmitriy a une Bible, ainsi que la possibilité de communiquer régulièrement avec sa femme au téléphone et de recevoir des lettres de soutien.

    Le croyant travaille comme concierge et homme à tout faire. Cela lui permet de faire ses courses au magasin de la colonie.

  • #
    18 décembre 2023 Prison à vie Lettres Plaintes

    Dmitriy Terebilov dépose une plainte administrative auprès du tribunal de district de Sverdlovsk contre la réponse écrite du chef de la colonie. Dans ce document, l’administration informait Dmitri de l’interdiction d’utiliser le nom de Dieu dans les lettres et de professer la religion des Témoins de Jéhovah dans la colonie.

    Dans sa déclaration, le croyant déclare : " Je comprends l’ordre du Comité d’enquête énoncé dans la lettre attaquée selon lequel 'il est interdit de professer la religion des Témoins de Jéhovah' comme une interdiction directe d’exercer le droit garanti par l’article 28 de la Constitution de la Fédération de Russie. Pour m’être tourné vers Dieu dans la prière, en lisant la Bible, en parlant de mes croyances aux autres, je peux faire l’objet de sanctions disciplinaires, bien que de telles actions soient tout à fait normales pour les représentants d’autres religions et qu’elles n’aient rien d’illégal. La position trop large du défendeur administratif, exprimée dans la lettre, est dépourvue de certitude et conduit à l’arbitraire et à l’abus de pouvoir. Dmitriy demande au tribunal de reconnaître la réponse de l’administration de la colonie comme illégale et d’éliminer la violation de ses droits et libertés.

  • #
    16 janvier 2024 Prison à vie

    Le tribunal de district de Sverdlovsk refuse de répondre à la demande de Terebilov. Bien que la juge Olga Telezhkina, par sa décision, interdise au croyant d’appeler Dieu par son nom et de communiquer avec d’autres condamnés sur des sujets bibliques, le tribunal estime que « la réponse contestée n’empêche pas le plaignant d’adhérer à la foi qu’il a choisie ».