Le cas de Zimovsky et autres à Georgievsk

Un bref historique de l’affaire

Fin 2019, des Témoins de Jéhovah ont été perquisitionnés à Georgievsk. Le Comité d’enquête de la Fédération de Russie a accusé Viktor Zimovskiy, ainsi que ses épouses Anatoly et Irina Gezik, d’avoir organisé les activités d’une organisation extrémiste et d’y avoir participé. L’enquêteur considérait comme un crime de lire la Bible ensemble et de prier ensemble. Viktor Zimovskiy est père de trois enfants mineurs, après une opération cardiaque, il est en invalidité. Malgré cela, le tribunal l’a placé dans un centre de détention provisoire pendant 2 mois. L’examen de l’affaire pénale devant le tribunal s’est déroulé de février à octobre 2022. En conséquence, Viktor Zimovskiy a été condamné à 6 ans et 2 mois dans une colonie pénitentiaire, Anatoliy Gezik a été condamné à 4 ans et 2 mois de travaux forcés et Irina Gezik a reçu 4 ans et 2 mois de probation. L’appel a remplacé la peine dans la colonie et le travail forcé par des peines avec sursis de la même durée.

  • #
    23 octobre 2019

    La police mène des perquisitions dans trois maisons d’habitants de Georgievsk. Les hôtes et les invités sont interrogés sur leur religion et leurs rencontres avec d’autres croyants, et leurs appareils électroniques sont confisqués. Les résidents reçoivent des clés USB.

    Au cours des recherches, Viktor Zimovskiy, 50 ans, père de deux jeunes enfants, tombe malade. Victor est un retraité handicapé, il y a quelque temps, il a subi une grave opération du cœur. Cependant, lui et 10 autres personnes sont emmenés pour interrogatoire, puis relâchés.

  • #
    30 décembre 2019

    L’enquêteur principal du Département d’enquête pour Georgievsk du Comité d’enquête de la Fédération de Russie pour Stavropol Ostya A.M. ouvre une procédure pénale en vertu de deux articles « extrémistes ». L’enquêteur soupçonne Viktor Zimovskiy d’avoir organisé des réunions de Témoins de Jéhovah, interprétant cela comme une continuation des activités d’une cellule extrémiste (alinéa 1 de l’article 282.2 du Code pénal de la Fédération de Russie). En outre, les accusés dans l’affaire sont un couple marié, Anatoly et Irina Gezik.

  • #
    17 janvier 2020

    Dans l’une des écoles de Georgievsk, les forces de sécurité interrogent un élève de sixième année au sujet des Témoins de Jéhovah. L’interrogatoire est également répété le 21 janvier.

  • #
    23 janvier 2020

    L’enquêteur convoque Viktor Zimovskiy pour l’interroger et l’arrête immédiatement. Zimovsky a été envoyé au centre de détention temporaire du département du ministère de l’Intérieur de la Russie dans le district urbain de Georgievsk.

  • #
    24 janvier 2020

    Le tribunal municipal de Georgievsk arrête Viktor Zimovskiy pour 1 mois et 6 jours. La défense n’est pas d’accord avec la décision.

    Il s’avère que l’accusation d’extrémisme est basée sur des séquences vidéo qui ont été secrètement conservées dans l’un des appartements pendant que les croyants discutaient ensemble de la Bible, chantaient des chansons et priaient.

  • #
    26 février 2020

    L’audience du tribunal municipal de Georgievsk, présidée par Nina Anashkina, commence avec deux heures de retard. Seules quelques personnes d’environ 150 amis, connaissances et personnes simplement bienveillantes sont autorisées à entrer dans la salle de réunion - non seulement les habitants, mais aussi ceux qui sont venus soutenir le croyant d’Essentuki, Mineralnye Vody, Nezlobnaya, Novopavlovsk, Makhatchkala et Voronej.

    La défense de Viktor accuse l’enquêteur d’avoir retardé de manière déraisonnable la réponse à la demande d’examen médical et d’avoir mal exercé ses fonctions en général. Ainsi, les témoins dans l’affaire n’ont pas encore été interrogés.

    L’enquêteur demande une prolongation de la détention de Viktor Zimovskiy, arguant qu’il pourrait s’enfuir. En guise de confirmation, il fournit un certain « rapport de l’agent », qui n’a pas les cachets nécessaires prouvant l’authenticité du document.

    Le juge Anashkina accède à la demande de l’enquêteur et laisse le croyant dans le centre de détention provisoire jusqu’au 30 mars. Plus tôt, le même juge avait placé Zimovsky en détention. Les avocats ont demandé la récusation d’Anashkina, mais la requête a été rejetée.

  • #
    23 mars 2020

    Après exactement deux mois de détention dans le centre de détention provisoire, Viktor Zimovskiy pourra rentrer chez lui - cette décision est prise par la cour d’appel. Les poursuites pénales contre Viktor ne s’arrêtent pas, il sera désormais assigné à résidence.

  • #
    6 mai 2020

    Après un mois et demi d’assignation à résidence, l’enquêteur a changé la mesure de contrainte en Viktor Zimovsky sur son propre engagement. Le croyant espère qu’il sera maintenant capable de travailler, de s’occuper pleinement de sa famille, de voir et de rencontrer sa femme avec sa fille nouveau-née de l’hôpital.

  • #
    6 octobre 2021

    Ostya A.M., enquêteur principal du département d’enquête de Georgievsk du Comité d’enquête de Stavropol de la Fédération de Russie, informe Viktor Zimovskiy que la mesure préventive choisie à son encontre sous la forme d’un engagement à ne pas partir et d’un comportement approprié est annulée en raison de la suspension de l’enquête préliminaire le 7 mai 2021.

    Le croyant a passé près d’un an et demi sous l’engagement de ne pas partir.

  • #
    15 février 2022

    L’affaire pénale est soumise à l’examen du tribunal municipal de Georgievsk, dans le territoire de Stavropol. Il est nommé par la juge Nina Anashkina.

  • #
    29 mars 2022 Audience devant une juridiction de première instance

    Une trentaine de personnes se rassemblent à l’extérieur du palais de justice pour soutenir les croyants. L’audience se déroulant à huis clos, ils ne sont pas autorisés à entrer dans la salle d’audience. Viktor Zimovskiy parle avec son attitude face à l’accusation.

    Le procureur convoque pour interrogatoire une femme qui se considère comme une victime. Lorsque la défense commence à poser des questions, l’interrogatoire est interrompu et l’audience est reportée au 14 avril.

  • #
    14 avril 2022 Audience devant une juridiction de première instance

    Environ 40 personnes viennent au palais de justice pour soutenir les croyants.

    L’interrogatoire de Lioubov Gezik se poursuit. Fondamentalement, elle parle de ce qui s’est passé lors des réunions de culte et mentionne les enseignements de base des Saintes Écritures.

    La juge Nina Anashkina demande à la victime si Viktor Zimovsky a appelé au renversement de l’ordre constitutionnel du pays, à des actions illégales, à la rupture des relations familiales, s’il a parlé de la supériorité de sa religion sur les autres. La femme répond à toutes les questions par la négative. Puis le juge demande à quelles actions extrémistes l’accusé a appelé, Lioubov explique que Viktor a dit que, selon la Bible, les chrétiens ne devraient pas transfuser le sang donné et prendre les armes. Le juge pose à nouveau à la victime la question : « Qu’est-ce que l’extrémisme ici ? »

    La défense exprime sa perplexité face aux accusations portées contre les croyants.

  • #
    4 mai 2022 Audience devant une juridiction de première instance

    Lors d’une audience à huis clos, le témoin de l’accusation, Anna Manakova, la fille d’Anatoli Gezik, est interrogé. Elle exprime ses griefs personnels à ses parents. Le procureur et le juge ne donnent pas à l’avocat la possibilité d’interroger Anna. On a l’impression que le tribunal clarifie les relations familiales.

  • #
    19 mai 2022 Audience devant une juridiction de première instance

    Un témoin, l’enseignante de la plus jeune fille d’Anatoli Gezik, Lioubov Gezik, est interrogé à huis clos. Le procureur pose des questions à l’enseignant sur la famille de l’accusé. Le témoin donne une évaluation positive à Anatoliy et Irina Gezik.

  • #
    8 juin 2022 Audience devant une juridiction de première instance

    Les témoins de l’accusation ne comparaissent pas dans la salle d’audience.

    Le juge se familiarise avec les éléments de l’affaire. Le procureur attire l’attention du juge sur ce qui a été saisi lors des perquisitions, ainsi que sur les résultats de l’examen. L’avocat note que les experts qui ont tiré cette conclusion n’ont pas d’éducation religieuse et n’ont pas d’articles scientifiques.

  • #
    1 août 2022 Audience devant une juridiction de première instance

    Le témoin de l’accusation Andreï Kouznetsov est interrogé par visioconférence en raison de sa maladie à l’audience. Lors de son témoignage, il s’avère qu’il souffre de troubles mentaux, et dans les coulisses, quelqu’un lui donne les réponses aux questions du juge et du procureur. Lorsqu’on lui a demandé si le témoin connaissait les accusés, il a répondu par la négative. Le témoin de l’accusation ne peut pas répondre aux questions de l’avocat. L’avocat affirme que le témoignage d’une personne atteinte de maladie mentale ne peut pas être joint à l’affaire, mais le juge l’accepte tout de même.

  • #
    17 août 2022 Audience devant une juridiction de première instance

    Interrogatoire des témoins de la défense. 5 auditeurs ont été admis dans la salle d’audience. L’un des témoins, qui ne partage pas les convictions des accusés, parle positivement de leur religion. Elle dit : « Si une personne a arrêté de fumer, abusé de l’alcool, a trouvé un sens à sa vie, a une famille merveilleuse, des enfants, travaille dur, alors elle a une bonne religion. »

  • #
    8 septembre 2022

    En raison des restrictions liées au covid, les auditeurs ne sont pas autorisés à entrer dans la salle d’audience. À l’audience, l’interrogatoire de cinq témoins de la défense se poursuit, dont l’épouse de Zimovski, qui donne à son mari une description positive.

  • #
    22 septembre 2022 Audience devant une juridiction de première instance

    3 auditeurs et 2 témoins de la défense, voisins des accusés, sont autorisés à entrer dans la salle d’audience. Ils donnent une description positive des croyants, parlent de leur famille et de leurs qualités personnelles. Selon eux, ils n’ont remarqué aucune bizarrerie dans leur comportement.

  • #
    26 octobre 2022 Le procureur a requis une sanction

    Le procureur demande à Viktor Zimovskiy et Anatoliy Gezik 5 et 5,5 ans dans une colonie à régime strict, respectivement, et Irina Gezik 5,5 ans dans une colonie à régime général. Il est probable que le procureur ait demandé par erreur un régime strict, puisque les citoyens condamnés pour un crime grave pour la première fois doivent purger leur peine dans les colonies du régime général.

  • #
    14 novembre 2022
  • #
    17 novembre 2022 Centre de détention

    On apprend qu’après le verdict, Viktor Zimovskiy a été emmené au centre de détention provisoire n° 2 de la ville de Piatigorsk. Il peut recevoir des lettres d’appui.

  • #
    22 novembre 2022

    L’avocat rend visite à Viktor Zimovskiy dans le centre de détention provisoire. Le croyant dit qu’il n’a pas encore reçu de lettres de soutien.

    Victor est détenu dans une cellule de 6 lits avec 4 prisonniers. Aucun d’entre eux ne fume, ce dont Victor est très heureux. Le croyant a une Bible. Il a tous les médicaments, les prend comme prescrit constamment, donc il se sent bien.

  • #
    1 mars 2023